Quand le gratuit coûte cher

Henri Crohas a expliqué à plusieurs reprises qu’utiliser Linux peut revenir cher car il s’agit d’un assemblage de briques et que chaque brique coûte.
Beaucoup sont persuadé que le fait qu’Archos aie choisi Linux depuis toujours lui permet d’avoir un système d’exploitation gratuit ou presque, avec des coûts de développement insignifiant avec lequel ‘il n’y a qu’à » cher au gaulois.

Il n’y a qu’à intégrer le mkv, il n’y a qu’à intégrer l’ogg, il n’y a qu’à accélérer les pdf, il n’y a qu’à intégrer le h.264, il n’y a qu’à faire pivoter les pdf, il n’y a qu’à mettre un lecteur de doc/xls, il n’y a qu’à rendre compatible avec les clés 3g, il n’y a qu’à développer un mur de jaquettes, il n’y a qu’à … j’en ai lu depuis 2006 !

Nous allons voir par l’exemple pourquoi c’est une erreur de penser que tout est gratuit et simple. Pour cela, nous allons nous pencher sur une actualité : une source « proche de Microsoft » a livré à Business Insider une liste d’arguments en sept points pour tordre le cou à cette idée reçue qui voudrait que ce qui est gratuit soit moins cher que ce qui est payant.

Les propos tenus sont parfois disproportionnés et imprécis, nous le verrons, mais nous permettront de comprendre.

Il s’agit d’une comparaison entre Windows Phone 7, licencié 15$ au constructeur et Android, gratuit.


1) les fabricants OEM n’utilisent pas la version de base d’Android. Tous les fabricants OEM d’Android doivent faire face à des frais au delà de la licence « gratuite ».

2) Les procédures judiciaires autour de la propriété intellectuelle disputée d’Android ont coûté cher aux fabricants OEM (voir Apple/HTC, pour ne citer qu’un exemple.) Microsoft indemnise les fabricants OEM qui licencient Windows Phone 7 en cas de problème de propriété intellectuelle sur le produit. C’est à dire que Microsoft prend en charge les disputes judiciaires dirigées à l’encontre des fabricants OEM autour de la propriété intellectuelle incluse dans Windows Phone 7. Cela permet de beaucoup mieux contrôler les coûts judiciaires au niveau des fabricants.

3) Le paysage matériel laxiste d’Android est une véritable pagaille pour les pilotes matériels. (Pour mémoire, tout comme pour les PC, les appareils mobiles ont besoin de pilotes pour leurs divers composants — écran, GPS, WiFi, Bluetooth, radio 3G, accéléromètre, etc.) Les fabricants OEM d’Android doivent consacrer des ressources en ingénierie pour développer ces pilotes afin de faire fonctionner leurs appareils. La « stratégie de châssis » de Windows Phone 7 permet de créer plus rapidement les appareils, permettant d’économiser des coûts significatifs. C’est par essence Plug and Play, avec des pilotes matériels conçus par Microsoft.

4) Windows Phone 7 a une architecture de mise à jour conçue pour faciliter l’ajout du code propre aux fabricants OEM, indépendamment du code du système d’exploitation. On a pu constater les retards dus au fait que les fabricants OEM d’Android ont eu à dilapider des ressources en ingénierie dans chacune des mises à jour d’Android. Certains constructeurs OEM d’Android sautent des mises à jour ou cessent de mettre à jour leurs appareils moins populaires. Grâce à son architecture de mise à jour unique, les constructeurs OEM de Windows Phone 7 n’ont pas besoin de lancer leurs propres mises à jour sur la version de base. Les coûts en sont réduits de manière significative.

5) Les fabricants OEM d’Android sont contraints de payer pour des licences de fonctionnalités indispensables qui sont livrées en standard dans Windows Phone 7. Par exemple, des logiciels pour éditer des documents Office, des codecs audio/video (voir certains coûts ici), ou des services de géolocation améliorée (sur ce point, Motorola utilise Skyhook, comme le fit Apple auparavant). Bien entendu, tous ces coûts supplémentaires s’additionnent.

6) Windows Phone 7 gère l’automatisation des tests. Ca n’est pas le cas d’Android. Lorsque les fabricants OEM en arrivent à la phase d’Assurance Qualité dans le cycle de développement, celle-ci est plus rapide et moins chère avec Windows Phone 7 qu’avec Android.

7) Enfin, Windows Phone 7 inclut les superbes expériences utilisateur de l’interface Metro, Zune, Xbox LIVE, Exchange, et Visual Studio pour le développement d’applications. Créer ces expériences sur Android est coûteux. Elles ne sont pas imbriquées dans la version de base d’Android.

(1) Un élément non pris en compte est que toutes les machines sous OS Microsoft sont identiques, alors qu’avec Android il est possible d’adapter. C’est ce qui permet à Archos d’intégrer ses solutions multimédias. La personnalisation d’Android n’est pas obligatoire, c’est un choix du fabricant, certes au prix d’un surcoût, interdit par Microsoft. (3) Comme en (1), c’est le choix du fabricant Android de choisir des composants parfaitement compatible ou de développer ses pilotes. Sous Windows, le choix n’existe pas. On génère une génération de clones ?
Ce coût devrait être décroissant par le nombre de machines vendues. Ce point est vrai également pour les points (6) et (7). Le prix de la licence Microsoft ne varie pas. De plus, le fait de pouvoir apporter des modifications rend Android indépendant du constructeur et des composants. N’importe quel constructeur peut l’utiliser que sa machine aie un écran de 2.8 pouces ou de 10.1 pouces, qu’elle soit téléphone ou pas …

(2) La procédure judiciaire unique d’HTC/Apple n’est pas terminée. Rien ne dit que l’avantage n’ira pas à HTC, avec remboursement des frais judiciaires.

(7) Heu … L’expérience Zune ? Android dispose de base d’une interface qu’un constructeur peut ne pas toucher.

Conclusion

Ces exemples, malgré leurs défauts montrent que, même par une utilisation Linux et/ou Android, le constructeur ne peut se passer de coûts de développement, d’intégration du hardware, du coût des tests, du coût des licences additionnelles. Tiens ? Pourquoi je pense subitement aux licences MPEG2 et AAC ? Expliqueraient-elles le choix d’un plugin payant ?

Alors, me demanderez-vous : pourquoi Archos n’a-t’il pas utilisé depuis des lustres des solutions telles Windows mobile ? Vous aurez compris : pour être libre d’utiliser un hardware non verrouillé (processeur, taille écran, résolution, tnt, gps, radio ….), pour intégrer des fonctions propres et/ou innovantes (audio / vidéo / photo, webtv, tnt, enregistrement …). Pour ne pas développer un clone …

Je suppose que chaque fonction « ajoutée / non ajoutée » a fait l’objet d’une analyse « coût de développement / CA supplémentaire direct généré et/ou intérêt perçu ». Est-ce la seule donnée ? Y a-t’il eu quelques erreurs d’appréciation ? Est-ce que parfois la satisfaction d’une petite population de geeks pourrait — à terme — générer ce CA par le buzz créé par la suite ? Je ne sais pas. On le voit par exemple concernant le mur de jaquette : ne sert à rien, est peu utilisé mais qu’est-ce que ça a servi comme argument pour faire acheter de l’Apple ! On le voit par les réactions de satisfaction lors de l’ajout (fréquent) de fonctionnalités lors d’une maj !

SourceSource — SourceSource

2 réflexions au sujet de “Quand le gratuit coûte cher”

  1. Bonjour !
    Android qui coute plus cher que Windows Mobile
    Android = 0$
    Combien Windows Mobile 7 ?
    Le développement = constructeur
    Simple bon sens ,le constructeur fabrique les composants
    du tel et c’est à lui qu’est remis gratuitement Android !
    Le monde tourne de plus en plus sous Open Source

    La réalité ,c’est qu’il existe une autre politique que celle
    du tout payant , ou monopole ou monopolisateur.

    Faite l’expérience de dire que GNU/LINUX et gratuit et
    les professionnels vous diront ,que sa licence lui donne
    le droit d’être vendu !

    Prenez un exemple !
    Ubuntu tout automatique n’a rien à envier à Windows
    au contraire.

    Gratuit ,automatisé ,complète !
    Vous trouvez des entreprises qui vous dirons que cela à
    un coup financier !
    Le problème c’est que nos habitudes crée nos dépendance !

    Donc imaginé que des solutions comme linux existe
    et c’est de toute façon pas concevable pour eux !

    Ci vous ette habitué à utiliser un système monopolaire ,ne
    chercher pas ! ,vous ne comprendrez pas ce que représente le logiciel libre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.